DEVENIR BUSINESS COACH FACILITATEUR

De la posture de Manager Expert à une posture de Manager « Coach Facilitateur » sans formation de coaching.

Vendredi un de mes clients, directeur de l’Innovation d’une société internationale, que j’ai l’honneur de coacher, me demandait : Marie Françoise, auriez-vous des outils de coaching ? Son défi en 2022, est de passer d’une posture de sachant et d’expert très expérimenté et disposant d’une forte ancienneté dans son entreprise, à une posture de Manager Coach, facilitateur.

Je lui ai donc proposé de Construire un exercice de coaching à partir de sa propre expérience en s’appuyant sur son talent d’expert et son positionnement transversal (entre R&D et Marketing d’une part et entre Marketing central et Marketing régional d’autre part)

En synthèse, c’est un script en 3 bandes….

  1. L’expert intuitif sait comment s’y prendre mais ne sait pas comment faire sentir aux autres la bonne façon de faire. Il ne se sent pas crédible ni légitime pour transmettre son approche car il est victime de son image interne (ce n’est pas un hiérarchique, c’est un « sachant » mais ni dans le domaine du Marketing, ni dans le domaine de la R&D – il est directeur des Innovations). Du coup, il doit trouver une autre approche plus « acceptable » et plus « tactique » pour faire cheminer les responsables marketing et les amener à changer de méthode d’animation de groupes, en présence d’acteurs plutôt opposants ou plutôt « déchirés »
  2. Il doit faire son exercice de « détricotage » de sa propre façon de faire, pour construire un exercice de coaching basé sur la technique du questionnement :
    • Quel est le chemin par lequel je passe pour arriver Ă  ce rĂ©sultat ? Quel est le process que j’utilise pour animer mes rĂ©unions ? Quelle mĂ©thode ? Quelle approche ?
    • Il l’écrit Ă  la main pour faciliter la « conscientisation »
    • Il reformule ces bonnes pratiques sous forme de questions susceptibles de guider le collègue ou le collaborateur qu’il doit coacher
    • Il observe ce qu’il se passe ensuite, les rĂ©sultats de sa posture de coach et l’éveil de conscience que cela produit chez l’autre
  3. Il mesure la progression du collectif et les changements de posture des uns et des autres, leur capacité à mieux travailler ensemble, leur désir de mieux comprendre les contraintes des uns et des autres et in fine, les résultats business, traduit en indicateurs précis.

En conclusion :

N’avons-nous pas tendance, nous aussi, à prendre une posture d’expert dans notre activité professionnelle ? Notre mental est alors en mode pilotage automatique. Et nous sommes persuadés de bien faire. Mais dès lors qu’il s’agit de travailler en équipes d’experts, où l’égo du « sachant » trouve là une plateforme de développement et d’expansion, il est bon à ce stade que quelqu’un puisse prendre ce rôle « méta » afin de créer les conditions d’écoute et d’empathie collective, dans un contexte dominé par la recherche de performance et la compétition.

Par cette expérience mon client a accepté de s’ouvrir à d’autres possibles, en sollicitant son « business coach », d’élargir son propre champ de conscience, de se découvrir un talent de coach facilitateur en lui, tout en créant les conditions d’un dialogue collaboratif.

Et vous, avez-vous fait cette expérience ?

Auteur : Marie-Françoise ROUAULT DEVILLERS

Mentor de Direction de projet et Business Coach - Expérience professionnelle de plus de 28 ans et un référentiel qualité, validé par des certifications.